Descente VTT Andorre : ma DH perso

Comme vous le savez, j’ai passé l’hiver a tracer un trail, ma descente perso, derrière chez moi à Arans, paroisse d’Ordino en Andorre.

La piste est maintenant toute propre, prête à être roulée.  C’est bien quand on sait que le Bike Park de Vallnord n’ouvrira pas avant la MaxiAvalanche du 15 juin.

Voici le tracé de ma DH :

 

Carte_DH_Perso

 

J’ai choisi de tracer cette DH pour mon entraînement personnel, pour avoir le plus de technique possible en me disant que si j’arrive à faire cette descente du début à la fin sans problème, je serai easy sur toutes les pistes du Bike Park, World Cup, Project X et Cedric Gracia y comprises.

La piste de la World Cup suit les specs UCI, soit 5 mètres de large.
Chez moi, il n’y a la place que pour le vélo, la falaise et les rochers. Une faute et tu te retrouves 20 mètres plus bas. Tu perds souvent des morceaux de chevilles ou de tibia sur les rochers.

Ce qui me plaît aussi, c’est d’avoir ce côté entraînement « foncier » pas trop dur grâce aux 20 minutes de montée à pied.

Je préfère faire ça 2-3 fois plutôt qu’une montée d’une heure et demi pour une descente de 30 mn.

Au niveau du tracé, je ne recherchais pas forcément la vitesse ou les sauts que je peux faire au Bike Park.

J’ai voulu faire quelque chose de complémentaire au Bike Park, avec des passages très raides et techniques. Ce trail dispose d’une portion à 30% constituée d’une dalle de rocher et un autre passage hyper technique à 20% avec de grosses marches et  et il a fallu que je m’y reprenne plusieurs dizaines de fois avant d’arriver à m’y engager sans problème.
Il a aussi fallu pas mal de réglages sur les passages que j’ai ouvert. Certains ont même été carrément abandonnés.

Niveau outils, c’est simple. Il n’y a pas besoin de pelle car tu peux mouler à la main le peu de terre disponible. Pour ouvrir des lignes, il faut la pioche, la scie, la bêche, le marteau et le burin.

Récemment il a fait plutôt beau, je me suis donc fait plaisir et amusé avec mes quelques caméras:

matos vid

La version finale utilisera seulement 3 plans, mais j’ai déjà en tête de faire beaucoup mieux. J’expérimente avec la vidéo d’action, mais le matériel actuel est vraiment extraordinaire pour focaliser sur la créativité.

Vidéo

Voilà la vue roue arrière, en attendant la version définitive commentée.
J’aime bien cette vue, elle rend justice au côté radical de la piste !

 

Et la suite ?

La prochaine étape consiste à peaufiner la partie haute, dont je ne suis pas encore satisfait. Le départ pourra être vraiment top avec 3 ou 4 sauts sympathiques. Ensuite, les enchaînements des premiers virages ne sont pas fluides. Je dois les zapper pour tracer tout droit avec un autre passage hyper raide ou améliorer les courbes. Au final, cela sera sans doute un mix des deux solutions.

En réalité, il n’y a vraiment qu’un seul virage qui pose un gros souci. C’est une épingle sur un gros dévers avec des rochers bien saillants, piège parfait pour coincer la roue avant. Bien entendu, on se trouve au bord de la falaise avec un plongeon de plusieurs dizaines de mètres en cas de faute.

Les montagnes environnantes ouvrent des possibilités infinies. N’oublions pas l’adage : « si tu ne creuses pas, tu ne roules pas !« . L’Andorre est vraiment le paradis du vélo !
En plus, c’est vraiment un exercice très zen de se retrouver seul dans la montagne à shaper ta piste.