La science de descendre plus vite

 
Bien que cela n’arrive pas très souvent, parfois le monde de la science du sport tourne son oeil sur le VTT. La plupart des études menées pour les « cyclistes » (autrement dit les routards), sont effectués en laboratoire et sur route. 
 
 

source : wikimedia

source : wikimedia


 
 
Cela nous permet donc d’avancer qu’elles ne sont pas applicables à des pratiques comme l’enduro, le cross country ou la DH. Du coup, c’est bien quand quelqu’un utilise réellement la science pour regarder ce qu’il se passe lorsque nous descendons avec nos DH.
Plus tôt cette année, une étude a été publiée sur la façon de réussir une course de descente. Cette étude a été menée par une équipe de chercheurs au Royaume-Uni. Ils ont analysé les facteurs cardio habituels comme la VO2Max et la puissance anaérobie. Cette étude les a aidé à réaliser que le niveau de compétence, la confiance en soi et l’endurance était les facteurs les plus important alors cela leur a donné l’idée de regarder exactement les facteurs nécessaires pour une course de descente VTT réussie.
Ce qu’ils ont trouvé est plutôt intéressant et vaut le détour pour quiconque fait des courses de descente. Cela remet vraiment en question l’entrainement habituel pour ce sport.
Dans cet article je vais essayer de décortiquer ces recherches en expliquant ce que les chercheurs ont trouvé et leurs conclusions. Je vous dirai aussi ce que cela signifie pour nous, riders. En tous cas, de mon point de vue. Espérons que vous y trouviez quelques astuces pour vous aider à rouler plus vite et avec plus de confiance.
Dans cet article, je veux aller au cours de cette étude, en expliquant ce qu’ils ont trouvé et ce que leurs conclusions étaient de lui. Je veux aussi vous dire ce que cela signifie pour vous … du moins de mon point de vue. Espérons que vous trouvez quelque chose de tout ce que peut vous aider à rouler plus vite et avec plus de confiance sur la piste.
 
 


 

Pour lire l’étude complète en anglais c’est par ici

 


 
 

L’étude

 
L’étude avait, dans l’ensemble, l’air d’identifier les caractéristiques psychologiques et physiologiques des meilleurs coureurs du monde en DH. L’ensemble comprend 4 mini-études, chacune examinant un aspect de ce qui pourrait contribuer à la performance. Voici un aperçu de l’étude, vous pouvez lire l’étude entière en cliquant sur le lien ci-dessus.
 
 

Première étude : Identifier les facteurs susceptibles de contribuer à la performance en descente VTT

Un groupe de professionnel a été examiné afin d’établir les facteurs les plus importants pour réussir une course de DH.

Le panel était composé d’un chef d’équipe, d’une équipe de mécaniciens et ses quatre coureurs élites, et un scientifique sportif. Leurs résultats ont été rassemblés et envoyés sous forme d’une enquête à 50 riders pros en leur demandant de classer ces facteurs par ordre d’importance sur une échelle de 6. 35 d’entre eux ont répondu à l’enquête et leur résultats ont été combinés pour le classement final.
 
 

Deuxième étude: Mesurer l’habileté des pilotes

Un groupe d’expert a été contacté afin de lister les dix compétences les plus importantes et comparer avec les talents des riders sur une échelle de dix. Des vidéos de 50 secondes par rider ont été réalisées à l’occasion d’une course de descente. A partir de ses données, les chercheurs ont obtenu une moyenne pour chaque coureur. Malheureusement les résultats n’ont pas été dévoilés.
 
 

Troisième étude: Evaluer si les variables psychologiques et  physiologique contribuent à la performance »

Les chercheurs se sont rendus à un championnat régional de descente au Royaume Uni et l’étude a été réalisée sur 43 coureurs de divers âges et compétences. Leur capacité cardiaque a été testée avec un exercice de step, le test de Wingate leur a également été dispensé, leur confiance en soi fut testée grâce à une enquête papier et leurs compétences ont été jugées par les vidéos réalisées lors de la seconde étape.
 
 

Quatrième étude: Tester la contribution spécifique de la capacité cardiaque à la performance en DH

Donc dix coureurs ont passé deux tests. Le premier test a fait venir les riders au laboratoire afin de tester leurs seuils de VO2Max. Le second test les a fait simuler une course de DH tout en surveillant le rythme cardiaque afin de tester si la capacité cardiaque était un point vital à la pratique de la DH.
 
 

Les résultats

A la fin de l’enquête, les chercheurs ont conclus que le niveau de compétence et la capacité des mains à rester serrées autour du guidon expliquait 73% des écarts entre les riders. Ce sont les seuls facteurs ayant un écart suffisamment significant et sont ressortis sur deux des quatre tests effectués.
 
 
Voici leur classement : 1. Compétences / 2. Endurance des mains / 3. Confiance en soi / 4. Capacité cardiaque
 
 
Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous d’accord avec cette étude ?