Revue du Supreme DH V3 Comp

J’ai reçu mon nouveau destrier de descente, le Supreme DH V3 Comp 2015 de chez Commencal.

C’est donc le meilleur moment pour donner un premier avis sur le vélo de DH des voisins Commencal, le célèbre fabricant de vélos en Andorre (en fait pas tout à fait voisin… Commencal est situé dans la vallée voisine de la mienne).

La grosse bonne nouvelle chez Commencal c’est la décision commerciale de pratiquer la VPC, coupant les intermédiaires et leurs marges. De ce fait, les bikes andorrans sont environ 40% moins chers qu’auparavant.
Supreme-2-HDR

Le vélo, son look, mon avis

Le modèle que j’ai choisi et le Supreme DH V3 Comp Essential Rockshox 650B Black 2015.

La version 2015 du Supreme reprend la V3 du cadre, originellement conçu pour des roues de 26 pouces. Car c’est l’autre grande nouvelle avec le passage au 27.5, pour la plus grande satisfaction de la plupart d’entre nous.

Accessoirement, la somptueuse livrée noir mat n’est pas pour me déplaire. Même si j’ai assumé de rouler l’an dernier avec la version rose fushia du Supreme, un bike un poil plus discret me convient parfaitement.

À mon avis, il faudra attendre la V4 du cadre, prévue pour cet automne, pour profiter d’un vélo conçu parfaitement pour le nouveau format populaire de roues, mais le Supreme version 2015 est en parfaite continuité de la version précédente.

Niveau look, le noir mat est vraiment classe et les roues plus grandes rajoutent de la prestance à la monture. J’aime aussi beaucoup la selle très fine, qui rajoute au profil aggressif du Supreme.

Les petits changements effectués concernent les pneus et le cockpit. J’ai remplacé les Maxxis High Roller II par des Schwalbe Magic Mary et le cockpit Alpha (marque de composants par Commencal) par un Renthal. J’ai aussi opté pour des pédales RaceFace, qui s’accordent parfaitement avec le pédalier de la même marque.

Supreme-3-HDR

Premier Test 

Le Bike Park de Vallnord est fermé, donc je suis parti en mode freeride pour tester le vélo. Le problème est qu’il faut d’abord escalader la montagne avant de la dévaler. Inutile de dire que le plus fatigant est de pousser les 18kg en montée.

Cependant, c’est une pure joie pour la partie descente. Je retrouve les habitudes prises sur le Supreme 2014. Pour commencer, je pense qu’il est important d’être à l’aise sur le vélo. Sur ce point, le Supreme est le top. Même sans avoir réglé les amortisseurs, je sens bien le bike en main et le changement de taille des roues n’a pas changé la facilité de trouver sa bonne position.

Ce nouveau Supreme est une merveille dans les portions difficiles. Même avec une grosse pente, on reste facilement bien équilibré sur les pédales. Personnellement, je trouve que le Supreme est un bike qui aime qu’on lui rentre dedans par les pédales. La clef est de bien se caler et ensuite on doit laisser faire la machine ce qu’elle veut. Avec les roues de 27.5, il est encore moins utile de chercher la bonne ligne. Le Supreme passe partout et pardonne beaucoup.

Pour ceux qui ne connaissent pas le coin, le lot quotidien du vététiste andorran est constitué de fortes pentes, cailloux et racines. Après avoir dévoré mon quota de ces ingrédients pendant une semaine avec le Supreme DH 2015, je félicité les gars de chez Commencal d’avoir sorti une véritable évolution (en attendant le révolution du V4). La version 2014 passait déjà partout, mais j’ai l’impression que les nouvelles roues facilitent vraiment le franchissement.
Des portions où j’étais à la limite avec les roues en 26″ du Supreme 2014 sont devenues un véritable régal en 27.5″.
Pour tout avouer, c’est même au-delà de tout ce que je pouvais imaginer comme bénéfice.

L’autre grosse différence concerne les freins. Les Avid Code R sont phénoménaux. Le bike ne frémit pas quand il s’agit de ralentir épais dans une situation compliquée. Je suis resté en selle dans des passages plutôt improbables, grâce au vélo plutôt qu’à son pilote.
On peut laisser rouler et planter un grand coup de freins sans craindre de partir en vrille; le bike reste parfaitement stable et on peut s’arrêter sur des distances hyper courtes.
Encore une fois, ce vélo aime qu’on lui « rentre dedans ». Il ne faut pas hésiter à peser de tout son poids sur les pédales, les talons bien en bas, avec un minimum de recul des hanches. C’est un sentiment assez incroyable de pouvoir s’arrêter aussi sec sans aucun frémissement et sur des zones carrément tendues.

Bien entendu, le couple d’amortisseurs Rockshox Boxxer et Vivid sont impeccables. J’ai opté pour la version Rockshox car cela me paraît plus facile à régler que du Bos.

Comme de nombreux vélos de DH, le Supreme est conçu pour la vitesse et le fun. Cela implique qu’il est plus facile de le manoeuvrer avec un minimum de vélocité. Pas besoin d’aller à des vitesses World Cup pour sentir les bénéfices, mais c’est clairement impossible de se faufiler en mode ballade.

Par contre, dès qu’on a décidé de s’engager, ce destrier prend en charge le reste.

Au contraire, les situations fatales que j’ai rencontré pendant le test ont toutes été causées par des appuis trop intenses de ma part. Si j’avais laissé faire le vélo, en me contentant de tourner le guidon, je n’aurais certainement pas mangé le plancher.

Pour ceux qui veulent un modèle plus maniable et plus joueur, je conseille le Supreme DH Park, qui reste en 26″.
C’est clair que je vais devoir m’habituer à tourner avec les grosses roues car l’énorme avantage au franchissement est un désavantage pour les virages. Je pense qu’en focalisant bien sur les fondamentaux de l’art du virage, je vais bien finir par dompter l’animal.
Pour l’instant, c’est plus que moyen, mais j’accuse le pilote de devoir hausser son niveau, plutôt que le vélo.
Ce gros vélo est conçu pour envoyer du bois et faire des pirouettes en mode trial n’est pas aisé. En tout cas pour quelqu’un de mon humble niveau, je vais devoir bien travailler ce point en particulier pour tirer profit au maximum du potentiel de la bête.

Voilà pour mes premières impressions.
Pour l’instant, c’est un sans faute avec une mention spéciale pour le rapport qualité/prix.

La suite dans quelques semaines pour un test plus complet et savoir si ma relation avec le Supreme est toujours au top.

Supreme-4-HDR